Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 mars 2009 7 01 /03 /mars /2009 17:48

Le semis

La tomate est une plante d’origine tropicale qui craint le froid. Si elle subit une gelée, la tomate meurt. C’est pourquoi les semis doivent être réalisé à l’intérieur à l’abri des gelées.

Pour avoir une production de tomate durant l’été, la plante a une durée de croissance de plusieurs mois (au moins 4 mois dans des conditions optimales, qui sont rarement obtenus chez vous).

 

J’effectue mes semis à partir de la fin février jusqu’à début avril (c’est vraiment la dernière limite). Je sème les graines dans des godets à raison de 5 graines par godet. Les godets sont remplis d’un mélange de terreau de très bonne qualité et de terre du jardin. Evitez le terreau premier prix qui n’est en fait d’un substrat presque neutre, avec très peu de substances nutritives nécessaire à la croissance de la tomate.

Les graines sont déposées à la surface du mélange, le tout étant ensuite recouvert de 2 –3 mm de mélange. N’arroser pas directement sur le mélange car la pression d’eau risque de faire ressortir les graines. Le mélange doit être arrosé qu’une fois que le mélange apparaît sec. L’excès d’eau nuit à la bonne croissance de la tomate.

 

Très important : placer les godets au moins à 20 °C pour une levée rapide des graines, et près d’une forte source lumineuse (l’idéal est une large baie vitrée). Les plants ayant manqué de lumière seront grêles.

 
Le repiquage

Quand la graine a germé, on voit apparaître une plantule avec deux petites feuilles linéaires et opposées, on les appelle des cotylédons. Il s’agit en fait de fausses feuilles. Puis les premières vraies feuilles apparaissent, elles se succèdent les unes après les autres (elles ne sont jamais opposées). Quand le plant arrive au stade « 1 à 2 vraies feuilles », on doit procéder au repiquage des plants. C’est-à-dire que vous allez démarier les plants présents dans les godets et les repiquer à raison d’un plant par godet. Au cours du repiquage, les cotylédons sont placés à la surface du substrat. Si bien que seuls les vraies feuilles sont au dessus du substrat. Replacer les godets près de la source lumineuse.

Maintenant il ne reste plus qu’à attendre la fin des gelées matinales.

 
Préparation de la plantation en pleine terre

Endurcir les plants (3 semaines environ avant la mi-mai) en les sortant dans la journée lorsque la température le permet et en les rentrant le soir si des gelées sont à craindre.

La plantation dans le jardin

Les premières plantations extérieures ne doivent pas avoir lieu avant la mi-mai, date théorique des derniers risques de gelées matinales. Avant de procéder à la plantation, consulter bien la météo des jours suivants. En 2005 dans le nord, des gelées blanches se sont produites jusqu’au 20 mai (heureusement j’avais consulté la météo, mais des amis jardiniers qui s’étaient fiés uniquement à la date ont eu de mauvaises surprises).


Bien enterrer les plantes, le collet mis si possible à 10cm au-dessous de la surface du sol (voir même jusqu'aux vraies premières feuilles), légèrement couchée pour favoriser l'apparition de racines supplémentaire et ensuite pour une meilleure croissance générale de la plante. Bien arroser pour assurer la reprise et ensuite régulièrement, mais toujours au pied de la tomate afin d'éviter l'apparition de maladies que favoriserait un arrosage par-dessus le feuillage. Un arrosage aérien fragilise aussi les plantes, en particulier lors des phases de floraison et de fructification.


La taille se discute et si les professionnels de l'agriculture l'utilise pour favoriser le rendement. Certains jardiniers amateurs laissent la plante pousser et lui apportent un support adapté à sa croissance (plusieurs tuteurs disposés de manières variées : en éventail, en espalier, etc.…) ,  ce qui n'a absolument aucune influence sur la grosseur des fruits, car c'est la variété choisie qui détermine ce critère. L'enlèvement de feuilles ou de pousses peut même en cas de fort ensoleillement provoquer des brûlures aux fruits.

Le problème du mildiou

La meilleur des solutions : la culture en serre

Cultiver dans une serre peut permettre d'empêcher l'arrivée du mildiou. En effet ce champignon se conserve dans le sol et il monte sur les feuilles basses des tomates grâce aux éclaboussures occasionnées par la pluie ou l'eau d'arrosage quand on arrose sur le feuillage. Dans une serre pas de pluie. Si on arrose bien au pied du plant de tomate sans créer d'éclaboussure, ta tomate sera épargnée par le mildiou.

 

Si vous n’avez pas la chance d’avoir une serre, il ne vous reste plus que les traitements préventifs avec la bouillie bordelaise. Mais attention, les traitements ne doivent pas être décidé au hasard ou à des intervalles choisis à l’avance. C’est la meilleure manière d’être contaminé par ce champignon.

La bouillie bordelaise est un produit de contact qui se dépose à la surface des feuilles (pas de pénétration dans la feuille ni dans la tomate), d’où la coloration bleue d’après traitement. Ce produit va empêcher la spore de champignon de germer sur la feuille. En aucun cas il ne guérit la maladie. Le problème, c’est qu’en cas de pluie, la bouillie est lessivée. On estime qu’après 30 mm de pluie, le traitement à la bouillie bordelaise n’est pus efficace. Il est donc nécessaire de retraiter à la bouillie pour maintenir la protection du plant de tomate.

Pour résumer la méthodologie de l’application des traitements à la bouillie bordelaise : il faut renouveler les traitements à chaque fois que 30 mm d’eau sont mesurés dans votre pluviomètre. Si 2 gros orages (plus de 30 mm d’eau à chaque fois) se produisent à 2 jours d’intervalle, il faut traiter juste après chaque orage. S’il ne pleut pas durant tout le mois de juillet pas exemple, il n’est pas utile de traiter.


Un ultime conseil
 

Enfin, les maîtres jardiniers, amoureux de la tomate, considèrent que les deux pires ennemis de la tomate sont l'excès d'eau et l'excès de substances azotées. Alors éviter l’excès de zèle.

Et si vous êtes un peu paresseux ou si vous manquez de temps, il existe une solution pour réduire le travail dans les tomates l’été : le paillage. Placer un mulch de paille (ou de tonte de pelouse, etc..) au pied et entre les rangs de vos tomates sur une épaisseur de 10 cm. Ainsi le sol gardera sa fraîcheur durant tout l ‘été et vous dispensera d’arrosage. De plus les mauvaises herbes ne pourront pas traverser votre mulch, et donc fini la binette l’été. Au final, votre mulch se décomposera et enrichira en humus votre sol. Enfin au moment de la cueillette, fini les chaussures ou les bottes couvertes de boue et fini la corvée de nettoyage de la cuisine ou du salon si votre homme jardinier est un peu négligeant.


 

Repost 0
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 18:29


Les agrumes :
Il arrive que les citronniers et orangers aient les feuilles qui jaunissent, ils souffrent de chlorose. Evitez d'arroser avec une eau calcaire. Par contre, on peut ajouter un peu de sulfate de fer (25 g par litre d'eau). Au printemps, il faudra leur apporter un peu d'engrais organique complet.

Le fumier :
Ne pas utiliser de fumier frais, il produit de l'ammoniac en se décomposant, cela risque de brûler les racines et de détruire la vie bactérienne du sol. Il faut donc le mettre en tas et attendre que la transformation en humus se fasse.

Pour les sols argileux et lourds, les composts de fumier de moutons, chèvres, cheval et âne conviennent parfaitement. Les composts de fumier de bovins ou de porcs étant réservés aux sols calcaires et légers.

Attention cependant à leur provenance si l'on ne veut pas se retrouver avec des doses importantes de médicaments et antibiotiques.

Les haricots, l'ail, l'oignon, l'échalote, le navet, le chou de Bruxelles, la mâche n'apprécient pas un apport récent de compost de fumier (moins de deux ans).

Contre l'oïdium :
Dans un litre d'eau, ajouter 5 ml (1 cuillère à thé) de bicarbonate de soude et pulvériser régulièrement.

Préparation naturelle pour lutter contre les pucerons et chenilles :
Dans un litre d'eau, mettre :
- 2 piments de Cayenne moulu,
- 1 petit oignon haché,
- 2 gousses d'ail broyés.
Laisser macérer 24 heures puis passer au tamis. Ajouter une cuillère à thé de savon à vaisselle. Bien mélanger. Pulvériser les plantes atteintes.

Culture des tomates :
Après repiquage, bien arroser, étendre sur le sol, entre les tomates, une couche d'orties, puis recouvrir de cartons sur lesquels on mettra une bonne couche de paille.

Rempoter une orchidée :
Vous pouvez rempoter votre orchidée dans un pot plastique, si possible transparent. Remplissez-le à moitié d'un mélange d'écorce de pin et de billes d'argile expansée, posez ensuite délicatement les racines sur ce mélange et continuez à remplir avec le même mélange.

L'orchidée ne tirera aucun apport de ce support, il faudra donc régulièrement lui amener des apports d'engrais.

Elle apprécie la lumière mais pas le soleil direct.

Durant l'été, arrosez régulièrement à l'eau douce, surtout pas d'eau calcaire et une fois par semaine, trempez-la dans un récipient plein d'eau additionnée d'un engrais spécial orchidée.

Repost 0
26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 17:09


La chlorose :
Pour lutter contre la chlorose (feuilles qui jaunissent), on peut enfoncer dans le sol, au pied de l'arbuste, à l'aplomb des branches, des morceaux de fer rouillés, des clous rouillés, etc....

Fraîcheur des graines :
Si vous doutez de la fraîcheur des graines conservées depuis longtemps, jetez-les dans de l'eau. Celles qui flottent sont à éliminer.

Bassin :
Quelques trucs simples pour limiter le gel total de la surface de votre bassin : placer verticalement un fagot ou faire flotter des ballons d'enfant ou une chambre à air de pneu remplie d'antigel.

Boutures :
Fendre la base de la tige et mettre un grain de blé dans la fente. Les boutures s'enracinent rapidement avec un faible taux d'échec !
Une autre astuce est d'enlever l'écorce sur un centimètre environ à la base de la bouture.

Où planter les boutures :
Evitez le plein soleil, préférez l'ombre, le sol devra toujours être frais. Si le jardin est petit, on peut bouturer au milieu des vivaces ou arbustes. Un pot de confiture ou une demi bouteille plastique retourné sur les boutures feront office de serre et vous permettront d'avoir un oeil dessus.

A tester :
Il paraît que quelques gouttes de lait aux géraniums permet d'obtenir une floraison plus abondante !!

Repost 0
11 janvier 2009 7 11 /01 /janvier /2009 18:44

L'odium
:
Le lait dilué, l'un des meilleurs fongicides !
Mélanger 1,5 litres de lait complet à 8 litres d'eau et pulvériser deux fois par semaine pour lutter efficacement contre l'oïdium.

Echauffement des pieds :
Pour éviter l'échauffement des pieds, mettre des feuilles d'aulne fraîches dans les chaussures.
Essayez, ça marche, nous a dit une amie et dites nous !!!

Répulsive des taupes (l'euphorbe épurge ou euphorbia lathyris) :
Connue comme répulsive des taupes, cette plante déçoit nombres de jardiniers car l'animal continue à creuser ses galeries, indifférent à la réputation de cette dernière.
Cherchez l'erreur !

En fait, la plante s'utilise après préparation :
Faire fermenter 800 g de plantes fraîches (feuilles et tiges) dans 10 l d'eau. Puis étendre ce purin autour de la zone à protéger.

Repiquage des plantes :
Nous avons tous acheté des petits pots de plantes vivaces (8 cm/8cm) que nous avons repiqués en pleinte terre dès l'achat. La déception est souvent au rendez-vous.

Pensez à repiquer ces petits pieds dans un pot de 3 litres rempli d'un mélange de bonne terre de jardin, de bon terreau et de compost bien mûr.
La transition se fera sans douleur et quelques mois plus tard, vous mettrez en terre une plante vigoureuse qui saura vous récompenser de vos bons soins.

Faciliter la coupe du sécateur :
Le sécateur est l'instrument indispensable pour la taille, il faut donc qu'il soit en permanence affûté pour obtenir des coupes nettes. Les petites branches ne posent pas de problème, il en est tout autrement quand leurs sections augmentent, on force, on tourne, on se débrouille comme on peut, mais il faut reconnaître la difficulté de la tâche et la coupe qui n'est pas très belle.

Pour faciliter la tâche et aider à faire pénétrer la lame, on pousse sur la branche avec la main libre de façon à ouvrir
la coupe, l'autre main serre le sécateur : la coupe devient facile !!!

Bien sur, n'oubliez pas de désinfecter la lame du sécateur avec de l'alcool.

Laisser les asters :
Ne coupez pas les asters après la floraison : ils servent de réserves de graines aux mésanges... En règle générale, il vaut mieux couper les vivaces au début du printemps, leurs inflorescences fanées protègent un peu des rigueurs de l'hiver et servent de garde manger aux oiseaux ou de nichoirs aux insectes

N'hésitez pas à nous faire profiter de vos trucs et astuces, nous les diffuserons dans l'Ombelle et sur le blog pour le plus grand bonheur de tous.... Merci
Repost 0
3 janvier 2009 6 03 /01 /janvier /2009 20:49

Vous trouverez ci-dessous des trucs et astuces diffusés dans les anciennes ombelles.
Si vous les avez essayés, qu'ils soient efficaces ou pas, donnez-nous votre avis !!!

La cloque du pêcher
:
Afin d'éviter la cloque du pêcher, enfouir dans le sol, à la périphérie des branches, des morceaux de zinc (ex : morceaux de vieilles gouttières). Efficacité garantie après six mois dans le sol. La plantation d'ails au pied du pêcher le protège de l'odium.

Lutte contre les limaces :
* Après avoir mangé un demi-pamplemousse et en prenant soin de conserver toute la pelure entière,  poser ce "bol"  dans le sol de sorte que le bord supérieur affleure le niveau du sol. Poser une tuile ou autre protection par dessus tout en laissant une ouverture suffisante pour les limaces.
En mettre à plusieurs endroits du jardin et chaque jour, venez-y ramasser les indésirables. Changer le "bol" tous les 2 ou 3 jours.

* Un adhérent nous informe de sa réussite pour lutter efficacement contre les limaces. Sa méthode est simple : il dépose des croquettes pour chats (les limaces en raffolent) dans un trou qu'il recouvre d'une planche. Le matin, il n'a qu'à récupérer et détruire les limaces. Faire attention que les chats ou chiens ne vont pas se régaler avant les limaces !!!

Lutte contre les pucerons, mouches et également, le marsonia :
La décoction de sureau : Faire bouillir 500 g de feuilles fraîches avec les tiges dans 4 litres d'eau pendant 30 mn. Lorsque l'eau s'évapore, ajouter de l'eau chaude. Filtrez et laissez refroidir. Pulvérisez sans diluer.

Conserver les couleurs des têtes d'hortensia :
Les bouquets secs d'hortensia conserveront leurs couleurs si vous faites tremper les têtes dans de l'eau glycérinée (à 20 % environ) pendant un jour ou deux avant le séchage proprement dit. Ils conserveront une année entière.

Dans un premier temps, choisissez sur un pied ne souffrant pas de la soif, des têtes denses et très colorées, de ton aussi foncé que possible. La décoloration inévitable sera alors moins visible.

Puis placez les bouquets d'hortensia à sécher têtes en bas, enveloppées dans du papier journal, dans un endroit sec et aéré. Débarrassez les tiges de toutes leurs feuilles au préalable.

Repost 0

Actualités

Assemblée Générale

le samedi 18 mars 2017

A 15h salle des fêtes d'Haverskerque

 

12ème  édition

de la  FÊTE DE LA TOMATE ET

DES LEGUMES ANCIENS 

    dimanche 10 septembre 2017

à Haverskerque

 

Reportage Fête de la tomate et des légumes anciens 2015

Reportage Fête de la tomate et des légumes anciens 2016

 

Recherche

Partenaires

logoHVK logoccfl

logocorue de flandre  logo nord ledepartement

 

  logo fredon-copie-1  logoLPOnord    

vigienaturendpdc